Vous êtes abonné.e à Cercle Dali, communauté de Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP) et Investissement Financier (CIF)
Génial! Ensuite, complétez la commande pour un accès complet à Cercle Dali, communauté de Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP) et Investissement Financier (CIF)
Bon retour! Vous vous êtes connecté avec succès.
Succès! Votre compte est activé, vous avez maintenant accès à tout le contenu.
Bravo! Vos informations de facturation ont été mises à jour.
La mise à jour des informations de facturation a échoué.

Pourquoi devenir CGP Indépendant ?

Pourquoi devenir CGP indépendant ? Être Conseiller en Gestion de patrimoine à son compte est un métier riche de sens. Il y a une belle rémunération et pleins d'autres avantages.

David LIN
David LIN

Ceci est une transcription de la vidéo. Elle a été faite de façon automatique et peut comporter des erreurs puisque la langue parlée diffère de l'écrit.

Prenez un rendez-vous de 15 minutes pour discuter de ce métier ensemble :
https://calendly.com/daliconsulting/15min

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue sur cet épisode. Pourquoi devenir un CGP, un consultant en gestion de patrimoine ou un consultant en investissement financier ? C'est ce que l'on va voir dans cette vidéo. Alors, déjà tout simple pourquoi j'ai envie de faire cette vidéo là, elle sera brut et il n'y aura pas de montage. On est en direct, tu auras peut être des erreurs. C'est OK, c'est le nouveau format pour me permettre de produire beaucoup plus, vous donnez beaucoup plus d'informations et ça va être comme ça dorénavant.
Alors pourquoi devenir CGP?

C'est une question qui se pose et qui est très intéressante à explorer.
Déjà, moi, je vais partir de mon constat. J'ai été entrepreneur à plusieurs reprises et aussi salarié que je connais un peu les deux mondes, à la fois dans le privé que dans le public. Bon. J'ai très jeune voulu entreprendre, j'ai entrepris, ça a bien fonctionné et puis j'ai entrepris et ça a très mal fonctionné. La première entreprise a bien fonctionné, la seconde m'a fait perdre beaucoup d'argent, donc, j'ai décidé de me passer en salariat parce qu'en tant que salarié, on a les revenus qui tombent tous les mois.

Donc, c'est plutôt agréable, et j'étais vendeur dans une boutique de vêtements, mais en b2b. Donc rien à voir avec ce qu'on trouve Zara, Bershka. Rien à voir avec tout ça. C'était bien plus intéressant comme métier. Par contre, il y avait un aspect qui me dérangeait beaucoup, c'est l'aspect manque de liberté. Déjà, on doit faire 35 heures. Je devais venir à l'ouverture à 9 heures et je devais repartir à 19 heures avec des pauses à midi assez longues et imposées.
C'était pas terrible, ça prenait toute ma journée. Je travaille du lundi au samedi. Donc c'était quand même assez embêtant samedi que l'après midi. Mais quand même, c'est embêtant.

/content/images/2021/02/illustration-page-destination-gestion-du-temps_52683-18237.jpg

Déjà respectant un agenda qui me plaisait pas, deuxièmement, il y a l'aspect management. Je n'avais pas forcément un manager très sympathique, même si je surperformais mes confrères et mes collègues. Même si j'étais plus jeune, que j'étais moins payé que parce que j'étais plus jeune. J'étais nouveau alors que je l'ai surperformé de loin.

Le manque de responsabilité aussi de la part de mes confrères consœurs. Certains avaient déjà 40, 50 ans et ne répondaient pas aux mails et souvent disaient en réunion que je n'avais pas fait si un tel n'avait pas fait ça, alors que eux mêmes n'étaient pas très réactifs au sein de l'équipe. Donc il y avait une dimension de pas très saine, en fait. Et puis le manager qui était sévère, qui avait le regard froid au point. Moi, j'étais jeune à l'époque.
J'avais 21 ans, 22 ans. J'en avais peur d'aller lui parler, tout simplement. Quand il rentre dans le bureau, j'ai mon coeur qui commençait à accélérer, à battre plus vite.
Si vous voulez, ce n'est pas plaisant d'aller au quotidien. J'ai supporté ça pendant deux ans et demi et j'ai cherché une transition vers un métier chargé de communication. Et c'était compliqué aussi. On avait des horaires du soir. Bref, c'était très compliqué. J'ai accumulé des boulots au bout d'un mois, je me suis dit plus jamais, plus jamais.

J'ai eu la transition tout simplement parce que j'ai investi pour celles et ceux qui me connaissent dans l'immobilier. D'abord, c'était pour une résidence principale, mais au final, c'est devenu un investissement locatif et il se trouve que cet investissement locatif m'a apporté pas mal de cash flow. Donc je me suis dit comment je fais pour aider ma famille et mes amis à faire pareil. Parce que moi, j'étais cosmique à l'époque et j'avais un investissement locatif. J'avais 23 ans, j'étais propriétaire d'un bien et là, je me suis dit comment je fais pour aider les autres ?

Premier argument quand on est Conseiller en gestion de patrimoine, on peut céder soi même. Déjà, on va mieux comprendre tout ce qui finance immobilier et fiscalité. Deuxièmement, on va pouvoir aider ses proches, ses parents, ses frères et soeurs, et puis ses cousins cousines et ses amis. Et ça, ça n'a pas de prix de pouvoir aider ses proches. Premièrement, deuxièmement, j'ai parlé de l'aspect temps l'aspect temps, c'est tout simplement de se dire qu'il y a un certain temps, dans une journée 24 heures, on en passe déjà quasiment un tiers à dormir et donc, le reste du temps, qu'est ce qu'on en fait pour avoir un impact sur la vie, sur notre propre vie, sur la vie de nos proches et sur la vie à l'échelle mondiale ou sociale?

/content/images/2021/02/croissance-argent-deflation-economique-travers-concept-vecteur-temps_212005-496.jpg

Si tel est votre ambition moi, ça fait partie. J'ai vraiment envie d'avoir un impact, que ce soit au niveau associatif ou peu importe, sur ce monde là et de laisser une trace avant mon départ. C'est peut être disproportionné, égocentrique.
Vous allez dire, mais j'ai envie d'apporter ma pierre à l'édifice pour aider l'humanité, tout simplement et ce métier là a un sens énorme.

Déjà, en France, on est très en retard. On est très, très en retard. Il faut savoir des conseillers et des Conseiller en investissement financier, donc des CIF Il n'y en a que à peu près 5500 en activité aujourd'hui. 5500, c'est rien du tout par rapport aux millions d'épargnants en France, parce qu'il y a à peu près 33 millions d'épargnants en France.

Donc, on est très loin d'avoir la possibilité d'accompagner tous ces clients là. En France, on est en retard, donc c'est pour celà que j'ai créé cette chaine là. C'est pour essayer aussi de développer le nombre de CGP dans ma profession parce qu'on est en manque de main d'oeuvre, tout simplement. Il y en qui va être au niveau du client. Pourquoi? Parce que à chaque fois qu'on a un client, on va arranger ses finances, on épargne et on va essayer d'atteindre ses objectifs.
Des objectifs très concrets comme financer les études des enfants, acheter la résidence principale, investir dans le locatif pour se constituer une retraite, préparer la dépendance. Plein de choses très, très lourdes normalement, si on ne prépare pas et qui peuvent surgir à tout moment dans la vie.
Donc les aléas de la vie, on les prépare, donc on a un vrai impact sur la vie à l'instant T de la personne. Ensuite, on a un impact énorme sur le long terme, sur la personne et sur sa famille ,et même au niveau de la succession. Donc, on va avoir un impact sur des générations et des générations à venir. C'est simple, vous augmentez le patrimoine d'une personne, Ce patrimoine là sera légué lorsque cette personne décéda. Donc forcément, les enfants, eux, hériteront de cela qu'ils pourront transmettre, avoir d'enfants, etc. Donc, on a un effet papillon énorme dans ce métier là, et ce, sur plusieurs générations.

Il y a pas mal de questions à se poser. Ce métier là, il a un impact incroyable, mais vraiment incroyable et il a du sens dans ce monde d'aujourd'hui, capitalistique et qui restera encore dans ce sens là pendant encore longtemps ou qui prendra une autre forme, mais notre mission est toujours la même, celui d'aider et d'accompagner nos clients, et cependant des générations. Première étape, deuxième étape, il y a aussi moi, mon impact, c'est celui de développer une équipe de consultants, un patrimoine , avec les mêmes valeurs que moi.

Pourquoi ? Parce que aujourd'hui, je vous l'ai déjà dit: On est 5.500, même si les 5500 travaillent dix heures par jour, 24 heures sur 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, on arriverait à peut être 500 000 personnes grand maximum, mais on est loin d'atteindre les 33 millions de Français épargnants.
Et aujourd'hui, c'est un manque colossal, dans l'accompagnement des clients et enfin, pour aussi démocratiser la culture financière. Parce qu'aujourd'hui, il y a les puristes financiers qui vous disent d'investir que dans les PME, il y a les puristes immobiliers en France qui vous disent d'acheter 20 immobiliers, etc. Les financiers , des trackers, etc.

Bref, on entend tout et n'importe quoi, tout et son contraire, et des directions quasiment très différentes. Le conseil va vraiment être de façon indépendante à lier les deux. La diversification avant tout. Et puis aussi le long terme pour pouvoir atteindre vos objectifs et out l'intérêt, là, c'est d'apporter les bonnes informations. Moi, j'aime bien utiliser la métaphore du médecin et si je devais me comparer à un autre métier, ce serait celui du médecin généraliste de la finance.
Parceque 95% des problèmes sont résolus par le médecin généraliste. Un rhume, une toux, fièvre et un peu de tout.
Après il y a des spécialistes, des rhumatologue, des kinés, des ophtalmologues, des oncologues ou je ne sais pas l'oncologie pour les ongles. Bref, en fonction de votre problème, on va vous orienter vers un avocat fiscaliste, un notaire, un juriste.

Bref, il y a plein de choses à faire, mais d'abord, le point d'entrée, c'est le consultant en gestion de patrimoine et aujourd'hui en France, des indépendants qui ne sont pas salariés d'une structure, C'est quand les salariés d'une structure vous proposent les produits d'une structure quand on est indépendant,Ça nous permet d'être en architecture ouverte, proposer les meilleures solutions du marché et tout l'intérêt de devenir consultant en gestion de patrimoine indépendant, et c'est ce que je vais défendre bec et ongles, tout simplement dans notre approche, parce qu'il est important d'avoir son indépendance.

Enfin, indépendant ne veut pas dire forcément isolé. Moi, j'appartiens à un réseau aujourd'hui, comme une coopérative à but lucratif aujourd'hui, qui fonctionne très bien sous le modèle du marketing relationnel. Au début, j'en avais très peur parce que moi même, j'ai une très mauvaise expérience avec le marketing relationnel plus jeune, puisque j'ai été arnaqué dans une chaîne de Ponzi. Et là, pas du tout. C'est très bien fait. C'est très sain. Tous les collaborateurs et collaboratrices ont accès à l'actionnariat de la boite. Il n'y a pas un super PDG ou un super directeur général ou un super fondateur qui prendrait toutes les rémunérations. Au contraire, tout est bien séparé entre le réseau et les fondateurs et les autres qui peuvent avoir exactement le même nombre de parts que les fondateurs.

Donc, c'est très intéressant. Mais on a vu quoi? On a vu le temps. On a vu l'indépendance. On a vu l'impact, le sens , et il y a peut être d'autres vertus que j'oublie à ce métier là, comme le métier de la récurrence, Parce que si on accompagne nos clients sur des produits financiers ou immobiliers, on va gérer ce qu'on appelle un portefeuille, ce portefeuille va générer un certain encours et sur l 'encours on est rémunéré, c'est à dire que plus on accompagne de clients, plus en passif, le portefeuille va nous rémunérer.
Donc, moi, je connais aujourd'hui des gens et des confrères qui font ce métier depuis 10 15 ans et qui ont un passif à l'année à peu près entre 50 et 100 000 euros chaque année qui tombe, parce qu ils ont des clients qui ont fait du volume et que grâce à l'encours, ils sont rémunérés là dessus. Donc c'est un métier qui, plus au départ, il faut fournir beaucoup d'efforts et plus vous en fournissez, plus vous avez des clients à votre nom, donc, tout l'intérêt d'être indépendant, cette portefeuille va pouvoir aussi vous rémunérer. Donc, c'est gagnant gagnant sur le long terme.
Vous vous pratiquez des taux bas parce que vous êtes indépendant , vous gagnez pas beaucoup au départ, mais sur le long terme, vous allez gagner bien plus que salarié, etc... et vous, vos clients, eux, ne voient pas la différence premièrement, ça n'a aucun surcoût. L'encours, c'est une rémunération commerciale, donc c'est les institutions qui décident de vous rémunérer là dessus.

Donc c'est tout bénef tout gagnant gagnant. Enfin, il y a la retraite parce qu'aujourd'hui, on sait que le système de retraite va forcément être impacté, touché et puis, le Conseiller en gestion de patrimoine, lui, est comme un infirmier, comme un médecin. C'est à dire que tout au long de sa carrière, va avoir des nouveaux clients, va avoir de nouvelles personnes, de nouvelles entreprises à conseiller, etc. Dans son portefeuille et donc forcément, à la fin de sa carrière, son portefeuille aura de la valeur.

Donc, ce portefeuille là sert à la fois votre prévoyance,parce que si jamais il vous arrive quelque chose malheureusement décès ou invalidité, vous allez pouvoir revendre le portefeuille. Votre famille pourra en hériter. Ou bien tout simplement le portefeuille pour votre retraite, c'est à dire à la retraite vous décidez de vendre le portefeuille, de ne plus vous en occuper.

Ça aura une valeur conséquente en fonction des années passées, parce que déjà, si, si,Imaginez vous que 10, 15 ans de métier vous permettent d'avoir un passif entre 50 et 100 000 chaque année.
Si vous faites ça toute une carrière, votre portefeuille aura un coût de revente assez important. Donc, voilà toutes les aspects de ce métier là.
Conseiller en gestion de patrimoine le sens, le temps, l'argent,le portefeuille. et puis, bien sûr, il y a d'autres vertus à ce métier là que je n'ai même pas pris le temps de développer là, parce que c'est une vidéo top chrono courte que je voulais faire. Un épisode qui vous délivre un maximum de valeur, qui vous donne un maximum d'informations sur le métier que je fais aujourd'hui et j'en reparlerai avec grand grand plaisir dans le futur.

Métier CGP-CIF

David LIN

Un passionné de productivité saine, des finances (mon métier) et de pleine conscience selon Thich Nhat Hanh, ça donne un mélange RICHE et, en même temps, ZEN !